CR Concerts

Compte rendu amputé des parties consacrées aux concerts de Judas Priest et de Motörhead…

Il est 17h00 lorsque nous arrivons au Parking sous terrain du BEC de Barakaldo. Cet immense édifice ferait passé le POPB pour un simple wc de jardin 🙂 Pour imaginer le truc, la superficie du bâtiment est de plus de 150 000m2, celle du Stade de France : 36 000m2. La Bizkaia Arena pouvant accueillir 18 000 personnes n’occupe qu’une « petite » partie du bâtiment. Par un tour de magie, nous nous retrouvons à l’intérieur du BEC alors que la file d’attente est à l’extérieure 🙂 .
Comme nous avons soif et qu’il n’y a rien d’ouvert dans le couloir centrale, nous ressortons du BEC sous les yeux des fans (environ 200/300) qui attendent depuis … je ne sais pas… mais nous partons vers la ruelle en face où le plus gros de l’attroupement squatte les bars … Vomito, Mégaptère, Pat et moi prenons une première tournée de houblon. Nous serons rejoins par Loïc et Sonia puis par Lecalpat.
Nous entrons dans la salle, faisons un tour, repairons le bar, faisons une cagnotte, Pat est désigné trésorier (mais on le surveille quand même, il serait embêtant de le perdre durant la soirée 🙂 ) puis commandons une tournée avant de se diriger vers la fosse.
Il est 19H15 pétante lorsque l’intro assez lugubre résonne dans la salle., Saxon monte sur scène et attaque son set par « Hammer Of The God » extrait du dernier album en date. De suite le ton est donné, les membres du groupe ne sont pas là pour faire de la figuration et enchaînent par « Heavy Metal thunder » puis « Never Surrender ». Le son est très bon, et la prestation du groupe frise la perfection.
Le concert ressemble à ceux de la dernière tournée, Biff est impérial, sa voix ne présente pas de défaillance. Nibbs Carter n’a toujours pas de problème aux cervicales, ce bassiste est fou. Petite nouveauté : Nigel Glockler exécutera un « véritable » solo de batterie à la fin de « Demon Sweeney Todd ». Quant à la paire Paul Quinn et Doug Scarratt, elle est toujours aussi efficace. Autre surprise, l’apparition de « Chasing The Bullet »dans la setlist en lieu et place de « When Domsday Comes ».
Ce titre est vraiment taillé pour la scène. Très bon point. L’excellent « Call To Arms » calme un peu le jeu et ainsi permet aux fans de reprendre leur souffle. La seconde moitié du set sera exclusivement composé de classiques et Saxon remporte un franc succès.

Après ce premier concert nous nous ruons vers le bar…

Setlist :

Hammer of the Gods
Heavy Metal Thunder
Never Surrender
Chasing the Bullet
Motorcycle Man
Back in ’79
Demon Sweeney Todd
Call to Arms
And the Bands Played On
Crusader
Denim and Leather
Princess of the Night
Wheels of Steel

 

Toutes les photos du concert sur cette page.

Sur cette tournée, les fans ont la possibilité de rencontrer les membres du groupe et d’assister au soundcheck moyennant la somme de 15€ qui sera reversée intégralement à une association caritative. Une belle initiative assez rare dans le milieu… Du coup on n’a pas pu résister, on s’est inscrit… Donc c’est à quatre que l’on démarre de Bayonne (Vomito, Clint, mégaptère et moi même).

En cours de route, nous récupérons The Fab. Il est 12h30 lorsque nous arrivons devant le Théâtre Barbey (enfin il paraît qu’on dit maintenant le Rock School Barbey 🙂 ). A cette heure ci on trouve aisément une place de stationnement (à peine 20/30m de l’entrée). Nous allons à pied dans une brasserie se trouvant face à la gare histoire de se nourrir. Le repas est quand même un minimum arrosé… il faut bien ça pour pouvoir aligner deux mots à Biff & co 🙂 . Il est pas loin de 16h00 lorsque nous retournons vers la salle. Nous récupérons en passant quelques « trésors de guerre » dans la voiture, à faire dédicacer. Puis nous attendons patiemment que le tour manager vienne nous chercher. Un jeune metalleux d’une vingtaine d’années max arrive sur les lieux et vu qu’il n’y a que nous pour le moment… on sympathise. Et là! nous lui apprenons que l’on allait assister au soundcheck et rencontrer le groupe moyennant 15€. Ni une ni deux, Vince (c’est son surnom) nous suit 🙂 … il est aux anges 🙂 . Le moment fatidique arrive, nous entrons dans la salle, les musiciens sont sur scène, tenues décontractes mais ambiance studieuse. Quelques techniciens s’affairent autour de la table de mixage. Et nous on reste silencieux, sage comme une image. Nous observons tout et écoutons tout ce qui se passe. C’est un moment assez surréaliste… Le groupe répète des titres du prochain album dont « Call To Arms ». On aura même droit à « Rock ‘n’ Roll Gypsy » dans son intégralité… Le moment est venu de monter sur scène pour rencontrer les musiciens. Ambiance très sympa le groupe se prête au jeu, nous discutons avec tous les membres, ils dédicacent tout ce qui passe entre leurs mains 🙂 et le tour manager s’occupe de nous prendre en photo… Vraiment cool. Avant de ressortir de la salle, nous passons par le stand merchandising… puis rangeons tout soigneusement dans le coffre de notre véhicule. Comme on a encore le temps, direction le bar le plus proche car il fait quand même soif 🙂 …

… Donc nous sommes au bar, en train de boire quelques mousses tranquillement tout en discutant de l’instant que l’on vient de vivre. On me fait remarqué que mon téléphone sonne, et oui j’ai oublié de retirer complètement mes boules Quies 🙂 … c’est Jean Louis du BSF (Black Sabbath Forum) qui appelle pour savoir où l’on est. Il nous rejoint puis s’assoie à notre table… Après une longue discussion durant laquelle The Fab essaiera de me convaincre que l’on peut apprécier « Painkiller » 20 ans après l’avoir détesté ( album que j’ai acheté uniquement pour avoir le dessin complet lorsqu’on range les CDs du Priest côte à côte), mais il ne m’a pas convaincu. Depuis j’ai mis le CD dans le jardin pour effrayer les oiseaux mais même ça… ça ne marche pas 🙂 . Bref, nous décidons de nous rapprocher de la salle. Arrivé devant l’entrée, nous constatons qu’il n’y a pas encore grand monde. Nous nous asseyons sur les marches devant l’entrée. Nous retrouvons quelques connaissances et continuons à parler, de véritables pipelettes je vous dis. The Fab, qui a décidément trop chaud, ira chercher de quoi boire.
Lorsque les grilles s’ouvrent, nous entrons dans la salle d’un pas décidé et nous nous postons un premier rang, face à la place de Paul Quinn. Vomito et Fab étant de grands sportifs dans l’âme, nous les perdons dans notre course au premier rang. Vanderbuyst ouvre les hostilités. La musique de ce trio hollandais est directement inspirée de la NWOBHM. Cela me faisait penser au premier album de Tank pour la « hargne » mais avec plein de solos de guitares, on devinnent aussi quelques influences comme UFO ou même Thin Lizzy. Le guitariste ne tient pas en place et saute dans tous les sens. Le bougre assure vraiment, les solos sont très bons et les riffs bien trouvés. Le bassiste /chanteur n’est pas en reste mais si son jeu de scène est plus statique. Ce qui est plutôt logique. Le batteur est un véritable bûcheron, Des morceaux de baguettes voleront sur la scènes…
Bref pour résumer, je vais paraphraser Vomito, notre poète à tous, « P*tain, ça m’a bien plu ».
Crimes Of Passion, groupe britannique qui évolue dans un heavy assez classique, ne m’a pas convaincu. les gratteux ne sont pas mauvais, le chanteur est bon mais en fait des tonnes. Je ne sais pas, je n’ai pas accroché. Je me suis même ennuyé. Vomito et Fab feront des allers retours entre la salle, le bar et l’extérieur … avant de nous rejoindre pour le concert de Saxon… où pour nous dire qu’ils étaient toujours là.. Comme si on était inquiet. La salle est bien remplie même si l’on peut circuler facilement.
L’heure est grave, les lumières s’éteignent… le public scande le nom « Saxon ». La pression monte mais ne désaltère pas …Il fait chaud et je transpire, je colle de partout. c’est simple je me suis transformé en un géant rubans tue mouches, heureusement pour moi, il n’y a pas de mouche 🙂 .
Les premiers accords d’ « Hammer Of The Gods » se font entendre, la foule exulte.
on se croirait presque à River Plate 🙂 … Ce titres extrait de « Call To Arms » est vraiment excellent, le son est énorme sans être trop fort et pour une fois la basse n’écrase pas tout. chaque instrument est bien distinct. Les lights sont soignés, lorsque les lampes se situant entre les amplis s’allument, on sent un gros coup de chauffe (pas bon pour Fab).
Que dire de la prestation des musiciens??? Ben que cela ne change pas, les membres de Saxon prennent toujours autant plaisirs à jouer en live. Nibbs est toujours aussi remuant, Paul est réservé au début puis se lâche au fur et à mesure que le concert avance, Doug toujours souriant et concentré. Nigel reste à mes yeux le meilleur batteur que Saxon ait eu au cour de sa longue carrière. Il ne paie pas de mine mais il envoie du bois quand même. Et Biff, toujours aussi impérial, sa voix est intacte et se bonifie avec le temps. Après cette excellente mise en bouche, nous avons droit à la triplette « Heavy Metal Thunder », « Never Surrender » et « Motorcycle Man ». Ces titres sont enchaînées, La foule n’a pas le temps de reprendre son souffle et est prise à la gorge. Heureusement « Back In ’79 » vient calmer le jeux Comme l’indique le titre de cette nouvelle chanson, c’est un « retour au sources », un bon mid-tempo. « I’ve Got To Rock » ayant été quelque peu délaissé lors de la tournée précédente, je suis content de voir son retour dans la setlist de cette année. Paul Quinn s’empare de sa guitare double manche pour Dallas 1pm (titre que j’adore) et pour « Call To Arms », une excellente ballade. Biff dédie la prochaine chanson au « Solid Ball Of Rock Website dont les membres sont ici », tout en nous montrant du doigt. Megaptère est à la limite de la rupture des cordes vocales, Clint surveille tout ce qui se passe sur la scène, il ne loupe rien, Jean Louis headbangue gentillement mais pas trop et le jeune Vince a l’air d’être sur une autre planète 🙂 . « Demon Sweeney Todd » est le seul titre rescapé de « Into Labyrinth ». le groupe remet l’accélérateur et enchaîne sans temps mort avec « And the Bands Played On » suivi de « Man & Machine ». C’est au tour du sublime « The Eagle Has Landed », Paul Quinn fait des merveilles sur cette chanson, ses solos sont limpides et précis. Pour fêter les 30 ans de « Deenim & Leather », le groupe nous dépoussière « Play It Loud » qui a tout à fait sa place dans la setlist. « Princess Of The Night » remporte un véritable succès. C’est l’heure des premiers rappels. Le groupe revient sous l’ovation des fans.
On a droit tout d’abord à « Crusader » et « 747 ». Puis lors du deuxième rappels, « Strong Arm Of The Law » et « Wheels Of Steel ». Voilà c’est fini. le groupe salue longuement le public qui en redemande. Clint récupérera encore un médiator de Paul Quinn, comme s’il en avait pas assez 🙂 . Nous quittons Vince qui a l’air aux anges et descendons au bar du Théatre Barbey où nous rejoignons Fab et Vomito, qui ont le sourire jusqu’aux oreilles et c’est quelque chose de voir ces deux personnes aussi joyeuses 🙂 . Tout le monde est heureux d’avoir passer une bonne journée, un moment inoubliable avec le groupe, et pour finir un concert du feu de Dieu. Nous décidons de boire un dernier coup, saluons Jean Louis (ce fut un plaisir de te revoir) et reprenons la route. Nous Déposons Fab à Labouheyre. Puis rentrons direction Vomito Home. Clint et Mégaptère rentre chez eux quant à moi, je reste chez Vomito. Il sera plus de 4h00 du mat’ avant de tomber dans les bras de Morphée.

Setlist :
Hammer Of The Gods.
Heavy Metal Thunder.
Never Surrender.
Motorcycle Man.
Back In ’79.
I’Ve Got To Rock.
Dallas 1PM.
Call To Arms.
Solid Ball Of Rock.
Demon Sweeney Todd.
And the Bands Played On.
Man & Machine.
The Eagle Has Landed.
Play It Loud.
When Domsday Comes.
Denim & Leather.
Princess Of The Night.

Rappel 1:
Crusader.
747 (Strangers In The Night)

Rappel 2 :
Nibbs Solo.
Strong Arm Of The Law.
Doug Solo.
Wheels Of Steel.

Toutes les photos du concert sur cette page.

Il est 19h00 lorsque nous arrivons devant les grilles d ‘entrées du Volksbank Messe (grand bâtiment se trouvant à coté de la scène du festival). les Warm Up se déroulent depuis deux ans dans cette salle pouvant accueillir environ 2000 personnes. Le service d’ordre est déjà en place et n’attend plus que l’ordre pour faire entrer les festivaliers. il règne une ambiance bon enfant. Lorsque que nous entrons dans la salle nous découvrons la scène mais notre premier réflexe est d’acheter les bons pour les consommations car il fait une chaleur pas possible dans la salle qui n’est pas encore remplie. Nous commandons des bières puis ressortons à l’extérieur où il fait nettement meilleur mais le temps de poser son cul sur un trottoir que les verres sont déjà vides, du coup il faut se relever pour en chercher d’autres …
Roxxcalibur monte sur scène devant une audience clairsemée. Le son est très bon, le jeu de lumières correct et le groupe semble prendre plaisir à interpréter des chansons de groupes issus de la NWOBHM. Aprés trois ou quatre titres, nous quittons cette fournaise pour faire un tour dehors avec nos verres et suivons le concert d’une oreille depuis l’extérieur (toutes les portes étant ouvertes…).

Setlist :
Running for the Line
Gates Of Gehenna (Cloven Hoof cover)
Rainbow Warrior (Bleak House cover)
Lady of Mars (Dark Star cover)
Destiny (Trident cover)
Seven Days of Splendour (Cover Jameson Raid)
Witchfinder Generalwith (Witchfinder General cover)
See You in Hell (Grim Reaper cover)
Emergency (Girlschool cover)
If I Were King (Vardis cover)
Neon Knights (Black Sabbath cover)

Il est environ 21H00 lorsque Blitzkrieg commence son set par « The Phantom », un titre du dernier disque en date « Theatre Of The Damned ». Le son est clair et puisant. Brian Ross arrive sur scène pépère avec une veste et ses lunettes noires. Il ne tardera pas de s’en débarrasser. Le concert a l’air bon mais je ne sais pas pourquoi … je n’accroche pas. Allez hop, un petit tour dehors pour voir s’il fait meilleur. Une chose est sûre, nous ne sommes pas les seuls, il y a autant de monde dehors que dedans …

Setlist :
The Phantom
Dark City
Theatre Of The Damned
Unholy Trinity
My Life Is My Own
Escape From The Village
Pull the Trigger
Tortured Souls
The Mob Rules (Black Sabbath cover)
Blitzkrieg

Par un tour de passe passe, nous arrivons à nous faufiler jusqu’aux premiers rangs.
C’est un véritable sauna, il y a de plus en plus de monde et nous nous retrouvons coincé devant ou presque.
Demon monte sur scène sur l’intro démoniaque « Full Moon » avant d’attaquer avec le classique « Night Of The Demon ». On note une nette amélioration au niveau des light, le son est à la fois puissant et clair (je me répète mais c’est une constante dans ce festival). Chaque instrument est mis en valeur. Dès le début du concert, Demon respire la classe, l’interprétation est sans faille. Nous n’avons pas affaire à des manchots et que dire de Dave Hill si ce n’est que c’est un excellent chanteur à la voix bien chaude et un frontman de premier ordre ( faut voir ses mimiques et ses poses d’halluciné …). Le groupe rendra un bel hommage à Dio en reprenant « Starstruck » de Rainbow en rappel. Une bonne claque. Même Vomito qui n’est pas particulièrement amateur de ce genre de musique ( plutôt très mélodique) a grandement apprécié.

Setlist :
Full Moon
Night of the Demon
Into the Nightmare
Blue Skies In Red Square / Commercial Dynamite / Blue Skies In Red Square
Blackheath
Blackheath Intro
Sign of a Madman
Liar
Remembrance Day
Standing On The Edge
Life on the Wire
Don’t Break the Circle

Encore:
Starstruck (Rainbow cover)

Après ce très bon concert, le public attend patiemment Saxon.
On assiste à un karaoké géant lorsque la sono crache le « Seek And Destroy » de Metallica. La foule reprenant d’un seul homme les paroles (surtout le refrain). Les premières notes de « Heavy Metal Thunder » résonnent et j’ai peur : le son est très très fort mais heureusement clair. Les protections auditives sont de rigueur … Après cette déferlante sonore, le groupe calme un peu le jeu avec un « Dogs Of War » convaincant avant d’accélérer le rythme à nouveau avec « To Hell And Back Again ». Alors que beaucoup de monde s’attendait à un concert spécial genre Saxon interprétant l’intégralité de « Wheels Of Steel  » ou encore de « Strong Arm Of The Law »… et bien non, on aura droit à un set plutôt classique. Et c’est tant mieux d’un côté. Biff est très en voix, Nibbs est … très secoué, heureux d’être de retour dans le groupe après une petite absence forcée. Il ne tient pas en place et headbangue comme un malade. Quant à Paul, Doug et Nigel, ils assurent leurs boulots … Paul Quinn est particulièrement souriant ce soir et se permet quelques petits sauts de cabri. Je me suis même retourné vers Vomito pour demander si je n’avais pas eu des hallucinations 🙂 . Mais non, notre Paulo préféré est simplement en forme et heureux.
Biff est toujours aussi communicatif et se permet quelques blagues. Saxon alterne les titres rapides et un peu plus lents. Il permettra même au public de reprendre son souffle pendant l’excellent « The Eagle Has Landed »avant de remettre le turbo sur « 20,000 Ft ». Biff demandera au public d’exiger auprès des organisateurs du BYH, via « Fuckin’ Internet », la présence de Saxon sur la grande scène l’année prochaine et si affinité : en tête d’affiche et un million d’euros … Le concert se passe si bien que l’on oublierai presque la chaleur. L’ambiance est plutôt bonne et les fans allemands très motivés, scandant des SAXON SAXON entre les chansons. Après un « Princess Of The Night » tonitruant et repris à tue-tête par la foule. (vraiment excellent), Saxon quitte une première fois la scène avant de revenir pour les rappels. « Denim & Leather » sera dédié à la mémoire de Ronnie James Dio.
Après 1H40 de concert, le groupe tire sa révérence devant un public conquis. Paul Quinn lancera tous les médiators qui lui restent en même temps et l’un d’eux aura la bonne idée de prendre notre direction. Vomito (oeil de lynx) guettera l’atterrissage de l’objet avant de le récupérer sans accroc. il m’en fera cadeau … Très beau concert, sûrement le meilleur auquel j’ai assisté depuis Bergara en 2007.
En fait, mon seul regret, puisqu’il faut un peu chipoter, l’absence de titres issus de « The Inner Sanctum »…
Après cela, notre dernière mission sera de prendre un dernier verre avant de rejoindre notre tente pour essayer de dormir un peu.

Sertlist:

Heavy Metal Thunder
Dogs Of War
To Hell And Back Again
Live To Rock
Dallas 1 PM
Motorcycle Man
And The Bands Played On
Demon Sweeney Todd
Strong Arm Of The Law
The Eagle Has Landed
20,000 Ft
747 (Strangers In The Night)
Wheels Of Steel
Princess Of The Night

Encore:
Crusader
Solid Ball Of Rock
Denim And Leather

Ceci est un compte rendu tiré d’une discussion entre membres du forum (truc & gibsonboy), le soir et le lendemain du concert…

Merci à Erwan 😉

Truc, en rentrant du concert à 23h55, écrit sur le forum:

« Ni papier, ni crayon, ni appareil photo (pas courageux sur le coup…  ).

– Battalions of steel
– Let me feel your power
– Metalhead
– Demon sweeney todd
– Man and machine
– Dallas 1PM (version courte)
– Hellcat (a slow song dixit Biff 🙄 )
– Broken Heroes
– The Valley of the king
– Heavy Metal Thunder
– The Power and the glory
– Crusader

– Live to rock
– Princess of the night

Ben oui, c’est ça un coheadlining et un horaire à respecter. 1h15 pour chaque groupe. Biff trouve ça « cool ». Moi non. Ou alors avec les Tatts à la place de Iced Earth!

D’autres commentaires plus tard, là dodo! »

Le Lendemain matin à 8h00 pétante, Gibsonboy intervient:

« Quoi le retour de Matt Barlow dans IC, tu kiffes pâs?  » Laughing et de rajouter plus tard:
« 1h15 chacun ! ça fait pas beaucoup » Crying or Very sad  Crying or Very sad  Crying or Very sad

Dans la soirée, après une dure journée de labeur, truc répond:

– « Oui surtout quand Saxon c’est bien et Iced Earth … un peu moins. Le retour de Barlow ne me fait ni chaud ni froid. J’ai pas acheté/écouté le dernier album et je trouve que depuis Horror Show c’est franchement pas terrible. Et puis j’ai jamais vu en live à leur âge d’or, ni avec Ripper « manpower » Owens.
Hier soir il y avait trop de rythmique/basse/double pédale… Le batteur fait très bien son job, hyper énergique mais franchement gonflant à la longue comme zique.
Avis perso, c’est sans doute là qu’est le problème. C’est le groupe de Schaeffer et si ses derniers lead guitar ne sont pas des manches, une musique qui leur laisserait plus de place ne pourrait pas nuire. D’ailleurs, j’ai préféré les anciens morceaux aux nouveaux. Mais on peut toujours changer d’avis…

Pour Saxon c’était la fête. Set court mais dynamique. Light show globalement sympa voir très bien, notamment sur Heavy Metal Thunder. Que des backdrop en décor. Un pour la pochette du dernier album et les autres avec l’hydre omniprésente (Biff doit en être amoureux) et divers symboles style épée… Du plus bel effet suivant les lights utilisées. Son fort et clair. Fait rare, Biff a fait tomber son micro. Comme je ne regardais pas à ce moment là, j’ai cru qu’une partie de la batterie se cassait la gueule… Let me feel your power et Hellcat joués à fond les ballons. Et une superbe version de Power and the glory. Idem pour live to rock, légèrement rallongée en son milieu pour que Biff présente le groupe.
Pas beaucoup de babioles au merchandising (des peaux de toms, des baguettes, le CD de Glocker, des tee-shirt short et long sleeve, un sweet à capuche, un bonnet … et pas de CD single Evil or Very Mad ). Et là où ils sont un peu escrocs, c’est qu’un gars du staff Saxon et venu prendre un lot de Tee shirts (à 20 € en salle) pour les vendre devant la salle à la fin du concert à 15 €… Il n’y a pas de petit profit… 🙄 A ces Stars du showbizz…
Vivement que le groupe repasse en headline!

J’ai oublié de dire que c’était plein mais que tout n’était pas ouvert. Les ailes étaient occupées par les caisses de matos et le balcon n’était pas accessible…
Devant la salle il y avait deux tour bus et un semi remorque pour le matos. Bien que court, j’ai trouvé judicieux le choix de la set list… Après tout, un titre de Metalhead, un autre de Lionheart, un de Inner… même si ce ne sont pas les plus rares, j’ai trouvé ça bien vu. Broken Hereos aussi. Et puis 5 titres du nouvel album… Vraiment dommage qu’ils n’aient pas fait le Zénith avec Motorhead… (Lemmy et Drouot sont vraiment trop gourmands…) »

Toutes les photos du concert sur cette page.

Après avoir posé nos affaires dans un l’hôtel de Barakaldo (le lendemain : concert de Y&T au même endroit), nous prenons la direction de la salle « Rock Star Live ». C’est avec plus d’une demi heure d’avance sur l’horaire d’ouverture que nous arrivons. Il n’y a pas grand monde encore …
Connaissant la configuration de la salle et suivant les conseils d’un ami et habitué des lieux, je me retrouve au premier rang pour apprécier le spectacle.
Il est environ 21H00, lorsque Barón Rojo entame son concert. Pour les novices, c’est un groupe espagnol qui a connu son heure de gloire dans les année 80 et a même à son actif quelques tournées/concerts en dehors de son pays natal. Barón Rojo pratique un heavy rock assez traditionnel et bien ancré dans les années 70/80. Leur prestation est bien sympathique, le chanteur/guitariste communique souvent avec le public et l’ambiance est joyeuse. c’est pro de chez pro … Le son est bon mais la voix est un peu trop en retrait. Malgré ce petit défaut, on passe un très bon moment. Le concert dure tout de même un peu plus d’heure, ce qui n’est pas mal (et assez rare) pour une première partie.

Voici la setlist trouvée sur le forum officiel du groupe :

-El baron vuela sobre inglaterra
-El Malo
-Barón Rojo
-Al final perderán
-Larga vida al r’n’r
-Caso Perdido
-Caballo desbocado
-Concierto para ellos
-Cuerdas de acero
-Buenos Aires
-Los rockeros van al infierno
-Resistiré

Après avoir bien enfumé la salle, à tel point qu’on ne voit pas le kit de batterie ni les amplis. Le concert de ce soir ressemble énormément a celui du Raismesfest, setlist presque identique et joué dans un ordre différent … Biff nous ressort les mêmes blagues et n’a toujours pas fait de progrès en espagnol. Il qualifie le public présent avec « mucho corones » (le concert du kobetaSonnik Festival l’a vraiment marqué …). le son est nickel. L’ambiance est chaude même si la soirée n’affiche pas complet (et c’est tant mieux pour nous …). En fait, le lendemain à Saragosse, il y avait un festival avec à nouveau Saxon, Twisted Sister … Le groupe nous offre une prestation sans faille, Nibbs est toujours intenable et celui qui me surprends le plus est Paul Quinn qui, décidément, devient de plus en plus remuant et souriant (je rassure, il ne court pas encore …) mais l’on sent le bonhomme impliqué, il ne reste plus dans son coin. D’ailleurs pour les rappels, il est le premier sur scène tout sourire …
Au final on aura passé une très bonne soirée et dans des conditions idéales (pour une fois dans cette salle).

Setlist du concert:

– Empire Rising / Atila the hun
– Motorcycle man
– 747(Strangers in the night)
– Dogs of war
– To hell and back again
– Strong arm of the law
– Witchfinder general
– Solo guitar : Doug Scarratt
– Wheels of steel
– Heavy Metal thunder
– Crusader
– – – –
Rappel 1
– Princess of the night
– I’ve got to Rock (To say alive)
– – – –
Rappel 2
– Demin’ and leather
– Ashes to ashes

Toutes les photos du concert sur cette page.

C’est sous un soleil de plomb et devant une foule compacte que Saxon arrive sur scène. Le concert débute par le désormais incontournable « Atila The Hun » et enchaîne sur « Motorcycle man » devant des fans ravis. Le groupe parait en grande forme, Nibbs est toujours aussi remuant (peut être moins qu’au KobetaSonik Festival, le week-end précédent… Paul Quinn est également en bonne forme et très souriant alors que Doug Scarratt paraissait fatigué à Bilbao (normal vu l’heure), il en est rien aujourd’hui. En ce qui concerne Biff : égal à lui même. En fait on à droit à un concert assez ressemblant à celui du KobetaSonik.
Il y a qu’un seul changement dans la setlist : « Dogs of war » est remplacé aujourd’hui par « 20.000 FT »…
Biff se permet de chambrer le public allemand en parlant de la finale de la coupe d’Europe du lendemain … que les espagnols ont de « Muchos Corones, grandes … » Pendant « Crusader », il y a un lâché de ballons géants remplis de confettis. Ce qui distrait le public … moi cela me gonfle un peu 🙂 alors je me suis permis d’en éclater deux Twisted Evil
Enfin tranquille je peux suivre le concert normalement … En regardant la photo de l’article, vous vous demandez peut être ce que fout Malmsteen là ? 🙂
Ben … il est venu jammé avec le groupe sur un « Denim and Leather » assez démentiel … avec tout plein de solos …
Saxon achève son show par un « And the bands played on » dans une version tout ce qui a de plus classique.
Voilà … le concert est fini et les musiciens saluent la foule sous une grosse ovation. Il n’y aura pas de rappel malgré la demande du public …
Lors de ce festival, on s’est rendu compte que Saxon avait le vent en poupe, pour la mi journée, il n’y avait plus un article de Saxon, plus de casquette, de t-shirt ou de sweat : tout a été vendu …

Setlist du concert:

Empire Rising
Atila the Hun
Motorcycle Man
Let Me Feel Your Power
To Hell and Back Again
Strong Arm of the Law
20,000 Ft
Crusader
Wheels of Steel
Princess of the Night
Denim and Leather (avec Yngwie J. Malmsteen)
And the Bands Played On

Toutes les photos de concert sur cette page.

Il est plus de 3h30 lorsque Saxon arrive sur scène, le planning du festival ayant pris plus d’une heure de retard … Bref le concert débute sur « Atila the Hun ». On sent le groupe en pleine forme malgré l’heure tardive. D’ailleurs Biff pousse plusieurs cris après le morceau et prend l’air étonné d’avoir encore de la voix, il remercie le public d’être resté après le show de Kiss. Le groupe enchaîne avec un « Motorcycle Man » rageur suivi de l’excellent « Dogs of War » . Paul Quinn surprend son monde en … bougeant. Il ne se contente pas de rester dans son coin et vient régulièrement au milieu de la scène.Quant à Nibbs Carter, c’est simple il ne tient pas en place. Vraiment impressionnant … un fou furieux. En fait il n’y a que Doug Scarratt qui est calme. Les lumières sont magnifiques avec une dominante bleu assez sombre et énormément de fumée tout le long du concert (pas terrible pour prendre des photos). Le public est conquis mais un peu (beaucoup ???) fatigué quand même. Biff promet de revenir l’année prochaine … mais sur la grande scène et, avec son humour de constater que c’est la première fois que le groupe donne un concert aussi tôt le matin.
Après « Princess of th night », Saxon revient pour un premier rappel : « Demin and leather/Ashes to ashes ». le groupe fait mine de quitter la scène et le public scande son nom. Biff revient et dit « Bon , on est le dernier groupe, il n’y a personne après nous, alors on peut faire ce qu’on veut … » On a droit a un titre bonus « And the bands played on ». Il est 4H45 lorsque le festival s’achève.

Voici la setlist (il me semble qu’il manque un titre Embarassed …)

Empire Rising / Atila The Hun
Motorcycle man
Dogs of war
Let me feel your power
To hell and back again
Strong arm of the law
Heavy metal thunder
Crusader
Wheel of steel
Princess of the night
Demin and leather/ ashes to ashes
And the bands played on

Toutes les photos du concert sur cette page.

Nous arrivons devant la salle avec plus de deux heures d’avance (pour une fois…). Quelques fans sont déjà présents, les autoradios crachent du Saxon a en faire péter les enceintes.
Comme d’hab’, direction le bar de la salle (on ne change pas d’habitudes à nos âges). Un membre du staff technique s’invite à notre table et une longue discussion commence ( il parle un peu le français : cela aide pour la compréhension). Après quelques mousses et un casse-dalle, nous sortons ellons à la file d’attente et pour le coup il y a du monde.
Une fois dans la salle, un petit tour au stand merchandising puis direction bar avant que le concert de Masterplan ne commence.

Ne connaissant pas bien Masterplan (je n’ai que le premier album), leur concert m’a bien plu. Contrairement au concert de Toulouse, le son est très bon. Tous les instruments sont mis en valeur sauf peut être la basse un poil en retrait, mais bon je chipote. Les musiciens se donnent à cœur joie, devant une salle pratiquement pleine et acquise à leur cause. Un bon moment.
Avant même le début du concert de Saxon, on sent que ce soir sera un grand soir. La salle se remplie de plus en plus pour être finalement pleine comme un œuf. Le moindre cm² est occupé, on se retrouve comme des sardines dans leur boite, il en est de même au balcon et dans les escaliers. Le public scande Saxon, applaudit, hurle comme si l’on était déjà en plein milieu du concert ou au moment des rappels.
Le concert commence par l’intro de « State of Grâce ». Les lumières sont bleutées, il y a un peu de fumée. Puis le groupe débarque sur scène sous un tonnerre d’applaudissements. C’est parti pour plus de 2 heures de concert. Le son est excellent et le jeu de lumières très soigné. Le groupe a l’air ravi d’être là et se donne à fond. Il enchaîne assez rapidement par « Let me feel your power » et « Motorcycle man ». Pas de temps mort. Un merci entre les chansons et c’est tout. Comme si le groupe voulait mettre tout le monde dans sa poche d’entrée…
Suivent les titres « If i was you » et « Strong arm of the law ». Le groupe prend sont rythme de croisière et Biff intervient plus longuement entre les morceaux.
« The great white Buffalo » reste un des grand moment du concert et le public est ravi du retour de ce morceau dans la setlist et le fait savoir. Des objets volent sur la scène : drapeaux, t-shirt et… un slip…Oui oui, un slip. Cela fait rire Biff qui ne peut s’empêcher de renifler le sous vêtement. A la fin de la chanson il demande au public si cela appartient a une fille ou un garçon…
ur le slip il y a le logo Saxon Crusader. Bref, cela donnera des idées pour le futur merchandising. « To hell and back again » écrase tout sur son passage.
Biff profite de ce morceaux pour nous donner des nouvelles du futur DVD .
« To hell and back again» est aussi le titre de notre nouveau DVD, on ne sait pas quand il va être commercialisé, mais un jour ou l’autre il finira par sortir celui là 🙂 …
« Red star falling » calme un peu le jeu, il faut dire qu’on est à la moitié du concert et il fait une chaleur à crever. Si vous vouliez perdre des kilos, il suffisait d’être au concert… Après un « Requiem » assez joyeux. Le groupe enchaîne quatre morceaux qui mettent le public à genoux : Crusader / Princess of the night / I’ve got to rock / Power and the glory.
C’est l’heure des rappels, le public est a genoux mais en redemande…
A près un « Atila the hun » de bonne facture. Le groupe achève les fans avec les classiques que sont « Wheels of steel », « Denim and leather » et le désormais incontournable « Ashes to ashes ».
Jusqu’à ce que les lumières se rallument, le public reste devant la scène en applaudissant et en scandant le nom de Saxon.
Après le concert il règne un bordel sans nom dans la salle et à l’extérieur, les bars sont inaccessibles.
Nous rentrons chez nous avec l’impression d’avoir assister au meilleur concert de l’année : rien que ça.

Voici la setlist complète :

State Of Grace
Let Me Feel Your Power
Motorcycle Man
If I Was You
Strong Arm Of The Law
The Great White Buffalo
Are We Travellers In Time
To Hell And Back Again
Red Star Falling
(Requiem) We Will Remember
Crusader
Princess Of The Night
I’ve Got To Rock (To Stay Alive)
Power and the glory

Rappel 1

Atilla The Hun
Solo guitare : Doug Scarett
Wheels of Steel

rappel 2

Denim And Leather
Ashes To Ashes

Toutes les photos du concert sur cette page.

Toulouse, le 22/3/2007.
Saxon est à la FNAC Wilson pour une séance de dédicace.
Le groupe parait bien fatigué, il faut dire que le trajet entre Stuttgart, Pratteln et Toulouse n’a pas été de tout repos (la cause à une météo plus que capricieuse).
Seulement une cinquantaine de fans ont fait le déplacement. Le peu d’affluence permit au moins aux fans de se faire prendre en photo avec les membres du groupe .

Première constatation devant la salle, le concert ne sera pas complet, loin de là. Environ 500 personnes étaient présentes. Une déception de ce côté là, vu la qualité du dernier album et la réputation du groupe sur scène, on aurait pu espérer mieux…

Je passerai rapidement sur la prestation de Masterplan, tellement j’avais l’impression que ce groupe est devenu le nouveau jouet de Mike Terrana. On entendait pratiquement que la batterie…

Pour Saxon, ce ne fut pas difficile de faire mieux. Les lights sont très soignés et le son est bon sans plus. Malgré l’état de fatigue du groupe, le concert est plaisant. La voix de Biff se bonifie avec l’âge, Nigel est impérial derrière son kit de batterie, Doug et Paul assurent comme des bêtes même si ce dernier a une fâcheuse tendance à rester dans son coin et, Nibbs est toujours aussi fou 🙂 …
L’ambiance dans la salle reste bon enfant, mais le public, à mon goût, manque de répondant..
Voici la setlist :

State Of Grace
Let Me Feel Your Power
Motorcycle Man
If I Was You
Strong Arm Of The Law
The Great White Buffalo
Are We Travellers In Time
To Hell And Back Again
Red Star Falling
(Requiem) We Will Remember
Crusader
Princess Of The Night
I’ve Got To Rock (To Stay Alive)
Rappels 1
Atilla The Hun
Solo guitare : Doug Scarett
Wheels of Steel
Rappels 2
Denim And Leather
Ashes To Ashes

Petite déception il n’y avait pas le medley « Dallas 1pm/747/And the band played on ». Mais bon, la setlist reste tout de même excellente.
Ce fut un bon concert, pas le meilleur du groupe, mais même en petite forme, il reste au dessus de la mêlée en matière de prestation scénique.