Archives

Tous les posts par js64

The Cards

The Cards est un nouveau trio qui fait dans le blues rock. Le groupe se compose de Paul Quinn aux guitares, Harrison Young (ex-Doro, U.D.O.) à la basse et au chant, et de Koen Herfst (ex-Dew-Scented, I Choas) à la batterie. Un premier album verra le jour le 18 janvier 2019. Le disque a été mixé et masterisé par Dan Swanö…
L’artiste néerlandaise Sophia Den Breems a signé l’artwork de l’album.

 

Tracklist de l’album :

01. No Soul
02. Bandit On The Run
03. Rock & Roll Rocketship
04. The Process
05. Pitfalls
06. Ride The Freight Train
07. Sweet Lowdown Dirty Love
08. If I Had You
09. Agent Orange
10. Long Way To Go
11. For You

Quarante bougies

Saxon publie son premier album en 1979…
Bientôt quarante ans… le groupe compte bien fêter cet anniversaire et annonce la couleur par le biais d’une petite vidéo:

« Pour célébrer le 40ème anniversaire de Saxon, le groupe sera de retour avec son plus grand spectacle, le plus puissant, le plus brillant et le plus explosif de tous les temps! »

Et si pour une fois je faisais un compte rendu sérieux sans raconter les conneries d’avant/après concert… on parle de Saxon quand même, une légende vivante du Heavy Metal britannique, un des rares groupes de la NWOBHM qui se porte encore très bien, qui propose toujours de bons albums et dont la réputation scénique n’est plus à faire…

Toutes les photos du concert se trouvent sur cette page: 2018.10.12 BILBAO – SANTANA 27.

Alors pour une fois nous nous pointons devant la salle 50 minutes avant l’ouverture des portes. Il n’y a personne… Première fois que cela arrive: je suis le premier à entrer dans la salle et nous sommes également les premiers à être servis au bar 🙂 avant de rejoindre la barrière.

Raven débute son concert à 19h30 devant une salle correctement remplie mais pas encore blindée. Bénéficiant d’un très bon son (ce sera le cas pour tous les groupes) et de lights a forte dominance de bleu, Raven délivre un set énergique et barré comme à son habitude. Un an à peine après son dernier passage dans cette même salle en première partie de Dirkschneider, le groupe n’a aucun mal à se mettre le public dans sa poche. Les frères Gallagher toujours aussi déjantés usent de tous les clichés que certains trouveront totalement dépassés mais qui ne me gênent pas… Leur foi et leur enthousiasme sur scène me font penser à un groupe comme Anvil, Beaucoup d’énergie pour peu reconnaissance… Je sais : Franck l’a déjà écrit sur son CR du concert de Toulouse, mais c’est bien de le re-préciser car tout compte fait Anvil… c’est quand même bien 😆 . Raven commence donc son show avec « Destroy All Monsters »   tiré du dernier album en date « ExtermiNation ». Vu le peu de temps que va durer le concert, 30 minutes, le groupe nous enchaîne que des classiques à part un nouveau titre « Top Of The Mountain » extrait du prochain album studio dont la sortie est prévue pour le début de l’année 2019. John Gallagher annonce même qu’un album live est en préparation… Quant à Marc, il martyrise sa guitare tout au long du concert. Mike Heller (ex Fear Factory), qui remplace Joe Hasselvander depuis l’année dernière, fait son job derrière les fûts… C’est donc en 30 minutes que Raven aura réussi le pari de (très) bien chauffer la salle. Le groupe quitte la scène sous une belle ovation du public.

– Destroy All Monsters
– Hell Patrol
– All for One
– Hung, Drawn & Quartered
– Top of the Mountain (nouveau titre extrait du prochain album…)
– On and On

15 minutes après, c’est au tour de FM d’investir la scène… Comment faire une chronique d’un groupe dont le répertoire ne fait pas partie de votre univers musical préféré ??? C’est assez difficile… donc je n’en ferai pas 😆 … Non sérieusement, il n’y a rien à dire, c’est très pro, musicalement c’est bien foutu, ça joue bien… en plus le son est vraiment très bon . Tous les instruments sont bien mis en valeur. Steve Overland a une belle voix, il chante super bien… Ça respire la classe… trop classe même pour une soirée de heavy metal 😆 .
Voilà vous aurez compris, je ne suis pas trop fan de ce genre de musique même si certains artistes arrivent à me surprendre agréablement en musclant un peu leur set comme ce fut le cas au Bang Your Head Festival avec Foreigner ou encore Journey…
Donc même si j’imagine que le groupe ne change pas ou peu la setlist d’un concert à l’autre, je ne vais pas me risquer à copier celle d’un des concerts précédents

Et maintenant c’est au tour de Saxon… enfin !!!

La demi heure d’attente fut interminable. Alors que les premières notes « It’s a Long Way To The Top (if you Wanna Rock ‘n’ Roll) » retentissent, on sent une légère pression venue de l’arrière, la température monte. Le public se fait impatient. Ça y est ! Les musiciens arrivent sur l’intro « Olympus Rising ». A peine un petit coucou aux fans qu’ils démarrent avec un « Thunderbolt » survitaminé, le ton est donné. « Sacrifice » défonce tout avant que « Nosferatu » calme un peu le jeu avec son ambiance lourde limite « gothique ». Mais ‘l’accalmie’ sera de courte durée puisque le groupe remet les gaz à fond avec « Heavy Metal Thnder ». Biff est toujours au top. Sa voix ne montre aucun signe de faiblesse. Avec son charisme habituel et son jeu de scène, il n’a pas de mal à enthousiasmer le public. A 67 ans, je ne pense pas pouvoir secouer ma tête de la sorte 😆 . Je ne parle même pas de Nibbs Carter qui lui doit avoir des cervicales bioniques. Il est fou. Seuls Doug et Paul resteront plus « sages ». Paul s’essaiera à une avancée au delà des retours qui a failli mal tourner puisqu’il était à deux doigt de se casser la gueule en faisant demi tour pour rejoindre sa place… Les deux guitaristes sont très performants ce soir et Paul est en mode moins « freestyle » qu’à Toulouse ou alors cela s’entend moins 😆 . Comme d’habitude une veste à patch atterrie sur scène, Biff s’empresse de la mettre. Mais sur le titre suivant une pluie de veste s’abat a ses pieds. Du coup tous les musiciens se retrouvent habillés sauf Paul qui reste dans son coin 😆 .

Mais le top est que Biff signera toutes les vestes avec un marqueur avant de les rendre… Je ne vais pas revenir sur tous les titres joués ce soir (il suffira de lire la setlist en fin de CR). Mais on a eu droit à une chanson en plus non prévue sur la setlist : « 20.000Ft ». A noter aussi que le groupe a dû investir dans un nouveau magnéto puisque outre la voix de « Lemmy » que l’on entend sur « They Played Rock And Roll », on peut entendre maintenant la bande son qu’il y a au début du solo de « Dallas 1pm ». Je sais… ce n’est pas grand chose mais cela le fait 😆 . C’est au bout de 1h30 (la durée d’un concert complet pour pas mal d’artistes bien plus jeune) que le groupe se retire avant de revenir pour un final dantesque (cf setlist).

Après deux heures de concert, les membres de Saxon saluent longuement le public qui en redemande.

Gros succès ce soir devant une salle comble où l’on remarquera que pas mal de jeunes ont fait le déplacement pour assister à ce concert. Biff l’a également remarqué et saluera la présence au balcon d’un gamin de 8 ans qui a headbangué toute la soirée…

Biff a annoncé une tournée spéciale pour fêter les 40 ans discographique du groupe en 2019, Sûr que nous y serons…

Thunderbolt
Sacrifice
Nosferatu (The Vampires Waltz)
Motorcycle Man
Predator
Strong Arm Of The Law
Battering Ram
Power And The Glory
Solid Ball Of Rock
The Secret Of Flight
Dallas 1 PM
They Played Rock And Roll
And The Bands Played On
747 (Strangers In The Night)
20,000 Ft
Sons Of Odin
Crusader
Princess Of The Night

The Eagle Has Landed
Heavy Metal Thunder

Wheels Of Steel
Denim And Leather

Compte rendu signé FranckAndFurious (Franck sur le Forum).
Publié avec son aimable autorisation. Merci 😉
Toutes les vidéos sont sur Rockmeeting.

RAVEN – FM – SAXON – 09/10/2018 – Le Bikini Toulouse

Avant le week-end du festival le Very Prog Fest réunissant du très lourd, et ce sur deux jours, ils ont bien de la chance ces toulousains de bénéficier de telles affiches.
Alors, en tant que voisin, un nouvel effort de déplacement sera fait avec plaisir, mais pas sans moins un énième agacement envers nos programmateurs palois. Aussi, un ami basque encore plus courageux, récupérera au passage les amis palois, pour finir chez les amis toulousains, tout ça pour voir du british.

Horaire de l’apéro Toulousain – RAVEN

La soirée débutera par une bière, mais surtout par les doyens RAVEN.
Né en 1974, et dont le premier album parut en 1981, ce trio est considéré comme un précurseur d’un peu de tout ce qui touche au métal, entre du heavy et du speed, et est englobé dans la mouvance fourre-tout des nouvelles scènes de l’époque, la NWOBHM.
Complètement profane à leur carrière, c’est donc curieux que je m’apprête à découvrir un nom, que pourtant, mes yeux ont vu circuler tant de fois dans nos magazines préférés. Sa particularité se situera surtout dans le chant d’un des frères Gallagher. Alternant sa voix, ce sera dans ses aiguës que se portera l’attention. Mais si pour certains Glenn Hughes est considéré comme un « couineur », qu’auraient-ils bien pu en dire du chanteur-bassiste ? Si vos oreilles sont adeptes des André Matos, Mickael Kiske, ou King Diamond, en moins haut perché, vous aurez des chances de vous éclater. Si par contre, vous êtes davantage exigeants sur la pureté et la profondeur de l’aigu comme chez un Rob Halford, Ian Gillan, ou … un Glenn Hughes, … ou encore celui qui est pour moi, le maître en la matière, Geoff Tate, alors, vous chercherez un autre intérêt à ce concert.
L’énergie, le niveau instrumental, le jeu de basse sont à saluer au milieu de titres directs et bien heavy-métal. Toutefois, l’absence de réelles accroches mélodiques ou hymnesques rend ces 35 mn un peu longuettes.
Aussi, à l’instar des canadiens Anvil, je ne saurai s’il faut être gêner de constater qu’un groupe aux cinq décennies de labeur, fasse encore des premières parties de premières parties, ou s’il faut saluer la passion, le cœur à l’ouvrage, la fougue de ces irréductibles warriors du métal ? « Tristesse et Méga-Respect » pourrait être un bon titre d’un live Made In France. Heureusement, on se rassurera à penser que notre cher pays est un pays métal à part, et que le groupe bénéficie d’un meilleur accueil ailleurs. Ceci étant, à l’heure où la photocopieuse marche à plein, le groupe ayant une personnalité propre et si originale, il est intéressant de l’avoir vu une fois.

RAVEN list : aigu – médium – aigu – medium – aigu en choeur – aigu – aigu

– Destroy All Monsters
– Hell Patrol
– All for One
– Hung, Drawn & Quartered
– Top of the Mountain (nouveau titre extrait du prochain album…)
– On and On

Horaire de l’apéro Réunionais – FM

Grosse déception que l’annulation de Y&T que votre serviteur espérait enfin voir un jour. Mais agréable baume au cœur que son remplacement par FM, que votre serviteur espérait aussi voir un jour, ou plutôt une nuit. Alors, pour ma part, tant pis, si l’aor fera tâche dans cette soirée heavy métal, ce que je peux comprendre de la part des killers fans, je me transformerai en mode « festivaliers découverte à tous styles », avec un hip hip hourra pour cette présence de la bande au charismatique Steve Overland.
Car oui, oui et oui, cette voix est vraiment unique et séductrice. Lyrique et emplie de soul, Steve Overland est pour moi dans le genre, le troisième côté d’un triangle auprès des Mickaël Bolton et Steve Perry. Rien que pour ça, le set, sera réussi pour mes oreilles.
Toutefois, une légère double frustration m’habitera à la sortie de ce show. De sa discographie, je n’en apprécie que 60% : le groupe oscillant entre un aor trop pop et du hard fm davantage « guitareux », comprendre par là, davantage rock. D’ailleurs je préfère le projet The Ladder d’Overland, bien plus hard que le reste de sa carte de visite. C’est cette seconde face à laquelle je cède à la passion.
Live, l’aor me semble une musique davantage difficile à défendre que celle qui font immédiatement taper du pied ou secouer la tête dès les premiers instants, comme un Ac/Dc ou un Saxon. Pour bien l’apprécier, elle nécessite que le son soit bon, ce qui fut le cas ; et que les mélodies et l’énergie soient prenantes, ce qui fut ici que partiellement le cas. Le symbole à cette impression sera Crosstrown Train joué en mode bien plus cool, presque ballade rock (j’exagère), alors que la version studio fait cracher les riffs et autres solos, ici raccourcis probablement faute de temps de jeu.
La set-list fut principalement accès sur le dernier album, qui est plutôt très aor : clôturer le set par Killed by Love et ses « yeah yeah » insipides et qui est pour moi le plus mauvais titre de Atomic Generation, résume ma déception ; tout comme la présence du faux hits I Belong to the Night et son refrain qui fait plouf, ce qui heureusement n’est pas le cas de son riff clavier et couplet vocal ensorceleurs. Pourquoi, mais pourquoi ne pas avoir joué le tube fm et rock Follow Your Heart, ou un In It For The Money, voire les Fire and Rain et Big Brother du récent Heroes and Vilains, ou à la limite le Santanien Playing Tricks On Me, qui a défaut de secouer les têtes des métals-kids de la soirée, auraient fait bouger leur bassin ? Des titres aux riffs et refrains gagnants et plus adaptés à la soirée.
L’autre mauvais point provient de l’absence d’adaptation à la situation : FM vient en remplacement d’une affiche bien marquée heavy-métal. Aussi, on pourrait s’attendre de la part de musiciens professionnels, une capacité à s’adapter à cette situation et donc à orienter sa set-list sur les titres plus rock de sa discographie, et non à une promotion pure de leur dernier bébé. Le rock’n roll passe-partout Somedays I only Wanna Rock and roll du précédent album aurait été bienvenu auprès d’un They Played Rock and roll à venir, ou encore des classiques comme Burning My Heart Down, présent sur la tournée du printemps ? C’est bien que le groupe change sa set-list, mais ce n’est pas non plus comme s’il venait régulièrement par chez nous pour qu’on en soit déjà blasée. Heureusement , les heavy Wilside et All Or Nothing viendront rééquilibrer l’ensemble.
Alors, le fait de voir FM en France étant aussi rare qu’un concert de métal d’un classic band à Pau, atténuera ma légère déception-incompréhension, d’autant que la set-list aurait probablement ravi les amateurs d’aor popy. Mais ce soir, je ne suis pas convaincu qu’il y en ait eu beaucoup, même si la moitié de la salle, bondée pour la tête d’affiche, donnera un accueil chaleureux à ce groupe trop mésestimé et bien trop rare en dehors de la capitale.
Mais que ces grains de sable ne viennent pas vous tromper sur l’ambiance de ce set très agréable et qui mériterait d’être rallongé et revu dans des conditions faites pour le groupe. Car tout cela ne m’aura pas empêché de m’enthousiasmer à sa présence en province, à cette voix séductrice et aux classiques que sont les That’s Girl, Thought it Out, … tout comme un voisin de fosse qui se dandinera du début de la fin du show, ou un public qui répondra comme un seul homme au demande de main dans main rythmiques, les femmes concentrant, elles, leurs yeux pour le charmant chanteur. Mais bon sang qu’il y avait de la place pour faire encore mieux comme l’avait présagé l’opener Black Magic… et comme me le susurrera un die hard fan de heavy teuton qui n’aime pas le dernier Saxon !

FM list

– Black Magic
– I Belong to the Night
– Crosstown Train
– That Girl
– All or Nothing
– Wildside
– Bad Luck
– Tough It Out
– Killed by Love

Horaire de l’apéro Espagnol – SAXON

Après toute ces décennies et multiples passages au pays de la guerre de cent ans, y-a-t-il encore quelqu’un à qui un report des Crusader est utile ?
De plus, devoir écrire un report sur SAXON, alors que se tient à côté de vous le tenancier du forum français consacré au groupe, équivaut à se prendre pour Danton provoquant Robespierre.
Celui-ci de son regard inquisiteur, ne tardera pas à me signaler tel un maître à son stagiaire : « je t’écris la set-list » !
Pfff, ce manque de confiance ! ok, je n ‘ai pas une trentaine de concert à mon palmarès comme ce Peugeot 206 Man, ce ne sera que mon troisième. Mais avec ses quatre décennies de carrière, j’ai pu aussi combler mon retard. Et la set list de Saxon est le truc hyper simple à rédiger sachant que toutes les chansons se titrent ou contiennent un « quelque chose in the night » ou un « Creature of quelque chose » ou encore un « Princess of truc » et un « Thunder bidule ». Me prendrait-il pour un chroniqueur spécialisé Frontiers pour autant douter de mes connaissances Saxonnienne ? D’autant que la set-list sera encore plus simple à rédiger. Fier comme un Predator, me voici vous en lister les titres :

Intro
C’est du tout bon 1
C’est du tout bon 2
C’est du tout bon 3
Toulouse Fuck Paris ! Ça c’est hyper bon : marre que les parisiens vampirisent les concerts métal !
C’est du tout bon 4
C’est du tout bon 5
De l’eau ! J’veux de l’eau ( un titre « improvisé » par le groupe voyant le public assoiffé et auquel Biff enverra ses bouteilles de flottes) puis ça repart sur les titres suivant :
C’est du tout bon 7

C’est encore du tout bon 19
Huiles de style … toutes bonnes
C’est toujours du tout bon 21

Alors, bon, ça va chef ! On ne me la fait pas ! Tu me donneras un bon point pour t’avoir interroger sur le son et le jeu de Paul Quinn qui m’interpella quelque peu. En effet, était-ce notre positionnement dans la salle, ou un soir moins inspiré pour le guitariste, mais je ne retrouvais pas le côté incisif et lyrique de ses solos ; la tonalité semblait aussi peut-être un poil plus basse que  »d’habitude » ? Après un mini-brainstorming alentour, il semblerait effectivement qu’un petit on-ne-sait-quoi cloche sans forcement nuire à l’ensemble. Des spécialistes diront qu’il peut s’égarer parfois sur ses solos, d’autres diront qu’il a changé de guitare ou qu’il joue dans une autre gamme !? … comme nous sommes tous situés au même endroit, et non musiciens, probable que ce soit notre positionnement géographique par rapport aux enceintes qui nous troublent. Mais les plus tenaces diront que c’était un soir sans pour le guitariste ; bref, un détail peu significatif pour la qualité de la soirée. Si quelqu’un a la réponse, qu’il nous envoie un message.
Depuis le temps que Saxon nous fait, lui, l’honneur de venir fréquemment en Province, pour nous balancer ses hymnes irrésistibles, les quelques fils d’Odin qui ne l’ont toujours pas vu en concert, ne doivent plus manquer de respect à ignorer cette référence absolue du Hard-Rock, avec un incroyable Biff, toujours aussi enjoué et encore au summum de sa forme vocale à 67 ans, une voix impressionnante, le tout dans une aisance déconcertante ! Respect et Merci !

Si j’ai donc passé une très bonne soirée, et bien qu’il soit difficile de plaire à tout le monde, celle-ci aurait pu tout de même être optimisée : à 70% ravi donc ! Mais ravi quand même !

Horaire de fin de la soirée = horaire de l’apéro de 3ème mi-temps
Horaire de retour à Pau = horaire de l’apéro des Inuits

SAXON list :

– Olympus Rising
– Thunderbolt
– Sacrifice
– Nosferatu
– Motorcycle Man
– Predator
– Strong Arm Of The Law
– Battering Ram
– Power And The Glory
– Solid Ball Of Rock
– The Secret Of Flight
– Dallas 1pm
– They Played Rock ‘n’ Roll
– Petite blague qui aura bien fait rire les Toulousains 🙂 …
– And The Bands Played On
– 747 (Strangers in the Night)
– Sons Of Odin
– Crusader
– Princess Of The Night

– The Eagle Has Landed
– Heavy Metal Thunder

– Wheels Of Stell
– Denim & Leathe

Predator

Saxon dévoile un nouveau clip vidéo. En effet le titre « Predator » a été mis en images, avec la participation de Johan Hegg (Amon Amarth) qui chante sur ce titre. Cette sortie correspond avec le lancement de la tournée européenne du « Thunderbolt Tour » (toutes les dates ici).

FM remplace Y&T…

Y&T annule sa participation à la tournée européenne de Saxon. En effet, Dave Meniketti ne s’est pas totalement remis de ses problèmes de dos survenus en juillet dernier. Du coup, c’est le groupe FM qui remplace Y&T…

The Secret of Flight

Le titre « The Secret Of Flight » est le quatrième single extrait du dernier album. Le groupe vient de dévoiler le clip de la chanson.

De nouvelles dates de concerts sont également annoncées:

08.11.2018 – UK, Bath – Forum
10.11.2018 – UK, Nottingham – Royal Concert Hall
11.11.2018 – UK, Newcastle – City Hall

Album solo en vue…

Biff Byford a révélé lors d’une interview, avec le magazine Rock Hard, qu’il prévoit d’aller en Suède dans quelques semaines pour écrire et enregistrer des démos pour son prochain album solo. Il a ajouté qu’il avait quelques titres de chansons pour le disque, qui pourrait finalement s’appeler « School Of Hard Knocks »…

Dans une autre interview, pour « Rock Talk With Mitch Lafon », Biff avait annoncé qu’il avait déjà sept chansons pour le disque dont la direction musicale sera probablement plus Rock ‘n’ Roll… plus « Classic Rock » que les disques récents de Saxon. Un certain nombre d’invités participera à l’album…

Tournée européenne 2018

Saxon a confirmé les dates européennes pour cette fin d’année. Le groupe sera accompagné de Y&T, Wayward Sons sera également de la partie mais uniquement au Royaume-Uni alors que Raven est programmé sur les autres dates

19.09.2018 – BE, Brussels – Ancienne Belgique
21.09.2018 – DE, Munich – Theaterfabrik
22.09.2018 – DE, Oberhausen – Turbinenhalle
23.09.2018 – DE, Leipzig – Haus Auensee
25.09.2018 – DE, Hamburg – Grosse Freiheit
27.09.2018 – NO, Oslo – Rockefeller
28.09.2018 – SE, Trollhättan – Apollon
29.09.2018 – SE, Stockholm – Arenan
01.10.2018 – DE, Berlin – Huxley’s Neue WeltLKA-Longhorn
02.10.2018 – CH, Pratteln – Z7
04.10.2018 – DE, Stuttgart – LKA-Longhorn
05.10.2018 – IT, Milan – Live Club
06.10.2018 – FR, Marseille – Le Moulin
07.10.2018 – FR, Lyon – Le Transbordeur
09.10.2018 – FR, Toulouse – Bikini
11.10.2018 – SP, Madrid – La Riveria
12.10.2018 – SP, Bilbao – Santana 27
13.10.2018 – SP, Barcelona – Razzmatazz
15.10.2018 – FR, Paris – Bataclan
16.10.2018 – NL, Utrecht – Tivoli
18.10.2018 – UK, Glasgow – Barrowlands
19.10.2018 – UK, London – Roundhouse
20.10.2018 – UK, Portsmouth – Guildhall
21.10.2018 – UK, Manchester – Academy